Ce que dit l'archéologie de l'Ancien Testament

L’étude de l’archéologie Biblique est pour le moins passionnante. Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman en font un historique approfondi dans leur livre « La Bible Dévoilée » (disponible aussi en DVD des info complémentaires) Israel Finkelstein dirige l’Institut d’Archéologie de l’université de Tel-Aviv ; il est coresponsable des fouilles de Megguido Neil Asher Silberman est directeur historique au Centre Ename pour la présentation de l’archéologie et de l’héritage public de Belgique.

Mot de l’éditeur

La plus tonique et la plus audacieuse des synthèses sur la Bible et l’archéologie depuis cinquante ans. Quand et pourquoi la Bible a-t-elle été écrite ? Que savons-nous des premiers patriarches ? Quand le monothéisme est-il apparu ? Comment le peuple d’Israël est-il entré en possession de la Terre promise ? Jérusalem a-t-elle toujours été le centre de l’ancien Israël ? Pour la première fois, il est possible de répondre à ces questions avec un haut degré de certitude. Car les auteurs, Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, puisent leurs arguments dans les découvertes archéologiques les plus récentes, entreprises en Israël, en Jordanie, en Égypte, au Liban et en Syrie. Plus rien ne sera maintenant comme avant ; mais loin de sortir désenchanté de cette cure de jeunesse effectuée par le Livre des livres, on n’en a que plus de sympathie pour ces nomades et ces agriculteurs d’il y a trois mille ans, qui ont su fabriquer, en des temps de détresse ou de gloire, un récit dont la fécondité n’a pas cessé de porter ses fruits.

Critique du livre

 par Jean-Pierre Chavaz sur le site de Atheisme.free.fr

Extraits choisis

« L’archéologie à accompli l’exploit de réunir un trésor de connaissances innombrables, d’une ampleur quasi-encyclopédique, sur les conditions matérielles, les langues, les sociétés de l’ancien Israel, ainsi que sur l’histoire au cours de laquelle ses traditions se sont graduellement cristallisées, sur une période d’environ 600 ans, entre l’an 1 000 et l’an 400 av.J-C. »

« on a fait appel aux techniques de fouilles les plus modernes, ainsi qu’au plus large éventail possible de tests en laboratoire, pour dater et analyser les civilisations des anciens Israélites et de leurs voisins philistins, phéniciens, araméens, ammonites, moabites et édomites. On a découvert un certain nombre d’inscriptions et de sceaux qu’il est permis d’associer à des personnages mentionnés dans le récit biblique. Pour autant, l’archéologie n’a pas démontré, loin s’en faut, que la chronique biblique est véridique dans tous ses détails. »

« L’application des techniques archéologiques les plus pointues a rendu possible l’identification des séquences des styles architecturaux, des formes de poteries et d’objets divers, dont la datation, immédiate et aisée, permet aux savants de déterminer avec un degré satisfaisant de précision, l’époque à laquelle appartiennent les différentes couches des citées et tombes exhumées »

« Avant que ne prit fin le XXe siècle, l’archéologie avait amplement démontré que les concordances entre, d’un coté, les découvertes réalisées en terre d’Israël et dans l’ensemble du Proche-Orient, et, de l’autre, le monde décrit par la Bible étaient bien trop nombreuses pour laisser croire que cette œuvre n’était qu’une fable littéraire et religieuse de composition tardive, écrite sans le moindre fondement historique »

« …au moins jusque dans les années 1990, les archéologues s’accordaient à penser que, dans l’ensemble, la Bible pouvait être considérée comme un document d’une fiabilité historique satisfaisante »

« Bien entendu, aucun archéologue ne s’aventurerait à nier que nombre de légendes, de personnages et de fragments de récits de la Bible remontent fort loin dans le temps. Mais les archéologues sont à même de prouver que la Torah et l’histoire deutéronomiste portent des marques distinctes qui permettent de dater de façon indubitable leur compilation initiale au VIIe siècle av JC. »

« les découvertes archéologiques qui restent l’unique source d’information sur la période biblique à n’avoir subi ni purge, ni remaniement, ni les censures exercées par de nombreuses générations de scribes bibliques »

  • Sur l’Exode :

« Des explorations archéologiques de tous les coins et recoins de la péninsule ont été entreprises, y compris les montagnes qui environnent le lieu supposé être l’emplacement du mont Sinaï, près du monastère Sainte-Catherine, mais elles n’ont rien donné de positif : pas un seul tesson de poterie, pas la moindre structure ni la moindre trace d’habitation ou signe d’ancien campement. Mais comment une modeste bande de vagabonds israélites pourrait-elle laisser quoi que ce soit derrière elle, demanderez-vous ? Les techniques modernes de l’archéologie permettent de repérer les traces des plus infimes vestiges laissées derrière eux par des cueilleurs-chasseurs ou des bergers nomades n’importe ou de par le monde. D’ailleurs, les découvertes archéologiques de la péninsule du Sinaï révèlent précisément les éléments d’une activité pastorale au IIIe millénaire avant JC, et durant les périodes byzantines et hellénistiques. Il n’existe tout simplement par la moindre évidence de ce type d’activité à l’époque attribuée à l’Exode, c’est-à-dire au XIIIe siècle av JC. […] D’après le récité biblique, les fils d’Israël campèrent à Cadès-Barnéa pendant 38 ans sur les quarante que dura leur errance. La description de la frontière sud d’Israël au chapitre 34 des Nombres donne une indication claire qui permet de localiser l’endroit.[…]Cependant, les fouilles systématiques et répétées de la région n’ont pas livrée la moindre preuve d’une activité quelconque au Bronze récent, même pas un minuscule tesson que n’aurait pas manqué d’y laisser la plus insignifiante bande de fuyards. »

Mon avis

Ce livre est une mine d’or. Il secoue et secouera plus d’un fondamentaliste. Ce livre n’est pas une hypothèse par rapport à un objet archéologique découvert, comme on peut le voir dans d’autres livres. C’est en fait une compilation des découvertes de l’archéologie en terre biblique. Israël Finkelstein et Neil Zibberman défendent l’idée que la bible fut compilée au VIIIe siècle avant JC, face au faisceau de preuves surabondantes. On peut adhérer ou pas à cette hypothèse présentée dans le livre. Mais on ne peut rien dire face à la datation des sites qui démontrent l’impossibilité de la chronologie des événements bibliques telle qu’elle est relatée dans la Bible. Il est indispensable de voir aussi le DVD qui apporte d’autres éléments et prouvent aussi par l’image.

 

DVD d’une durée de 208 min

Decouvrez une présentation officielle du DVD sur Daily Motion


LA BIBLE DEVOILEE
Uploaded by editionsmontparnasse

Un best-seller de renommée mondiale dont aucune critique fondamentaliste n’a pu venir à bout sans recourir à la malhonnêteté intellectuelle.

P.-S.

Le professeur Israel Finkelstein est le lauréat du prix Dan David 2005 pour The Past Dimension. Prix Dan David 2005 - Créé par la Fondation Dan David, le Prix Dan David est une organisation internationale administrée par l’université de Tel Aviv. Le Prix récompense des individus et institutions qui se démarquent par l’excellence, de leurs travaux ayant apportés une contribution exceptionnelle à l’humanité, dans les sciences, les arts, les sciences humaines, et le service public.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

bonhomme
  • 1. bonhomme | 29/09/2013

Je l'ai acheté, je l'ai lu. il m'a donné envie de connaitre cette partie d'histoire assez confuse pour moi. le moyen orient antique fait partie de notre histoire. Quand je perçois comment un texte comme la bible a vu le jour, je suis émue par ce petit peuple de nomades, qui, partis de rien, oppresses par des voisins puissants, se sont démarqués progressivement par une culture et un culte differents. La lecture de la bible, avec en parallèle ce qui s'est réellement passé donne un éclairage nouveau sur ce texte sacré. C'est l'histoire d'une tribu, d'un peuple, qui a voulu se créer une identité propre pour survivre. Et le texte est toujours là ! Sujet à polémiques, ou vénéré, il ne laisse pas indifférent. Pour ma part, alors que je suis athée, je le trouve d'une richesse humaine incroyable. Plus captivant que l’Iliade ou l’odyssée, ou d'autres textes antiques. Emouvant aussi. Comment ce peuple, aimé de leur Dieu, favorisé par leur Dieu, peuvent encore croire en lui malgré tous les avatars de leur histoire et les promesses divines non tenues...

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/06/2013

×